Vous voulez améliorer nos vies  ?

Participez au programme 2017 :  "Si j'étais Président, je ferais..."
 

 
 

Education

 

collèges

 

Le constat  :
  • Le collège est un des plus mauvais passage pour les jeunes. Le collège est trop souvent incapable de proposer un savoir libérateur ou donneur d’espoir.
  • Reflet d’une société inégalitaire et déchirée, le collège voit des flambées de violence, la montée des rapports de force avec tout ce qui suit : tabac, drogue, racket, harcèlement, violence.
  • Au total, un enseignement de médiocre qualité, qui augmente les inégalités sociale.
  •  

     

    Ce qu’il faudrait faire :
     

  • Faire acquérir aux élèves des connaissances d’un niveau de détail et de complexité supérieur aux enseignements fondamentaux sur les mêmes thèmes
  • Faire acquérir de nouvelles connaissances dans des domaines variés : histoire, géographie, sciences naturelles, technologies, langues, arts, travaux manuels, en liant toujours pratique et théorie.
  • Les élèves qui sortent du collège en fin de scolarité obligatoire) devraient avoir acquis des connaissances abstraites à un niveau assimilable par la grande majorité des citoyens.
  • Les élèves devraient avoir des connaissances pratiques permettant sinon de construire seul sa maison, du moins d’y participer et d’en comprendre les principaux éléments de construction et d’entretien. Même chose pour les engins mécaniques et le jardinage.
  • Tout élève qui sort du collège devrait savoir entretenir sa maison, gérer un budget familial et/ou une petite entreprise, cultiver son jardin, s’occuper de ses enfants.
  • Une évaluation des acquis devrait faite à la fin de la scolarité obligatoire.
  • Tout élève qui sort du collège ne serait admis au lycée que s’il a un niveau d’acquisition suffisant et une motivation forte pour poursuivre dans un nouveau cycle d’études.
  • Tout élève qui sort du collège peut décider d’arrêter ses études pour entrer dans le monde professionnel. 
  • Un service spécialisé serait mis en place pour suivre le parcours des jeunes qui ne choisissent pas de poursuivre leurs études au lycée : aide à la recherche d’un emploi et accompagnement dans l’emploi pour que le jeune reçoive de la part de l’entreprise une formation adaptée.
  • Les enseignements du collège seraient ouverts à tout âge (modalités pratiques à définir pour les enseignements destinés aux adultes actifs).
  •   

    Comment on fait ?

     
    Quand on sera au pouvoir :
     
  • Le collège devrait disposer d’un jardin pédagogique cultivé en agriculture biologique par les élèves et les enseignants, accessible aux parents et aux personnes bénévoles du quartier qui souhaiteraient s’y associer.
  • Ce jardin, outre sa vocation pédagogique, serait un lieu de production pour les repas des élèves. 
  • Une partie de la production devrait pouvoir être commercialisée sur un marché local au bénéfice de l’établissement.
  • Les cours concernant les matière abstraites n’auraient lieu que le matin, l’après-midi serait consacré à toutes les activités de mise en pratique des diverses disciplines. 
  • Au programme, agriculture, pratiques sportives, arts créatifs, notions de mécanique, de construction et d’entretien de l’habitat, gestion du budget familial, vie de couple, éducation des enfants. 
  • Le système de l’alternance serait mis en pratique avec des présences en entreprise, des visites-découvertes de lieux de production locaux et régionaux, des sorties-spectacles.
  • Les vacances seraient calquées sur le monde économique.
  • L’objectif des années collèges serait le suivant : reprendre les acquis fondamentaux de l’école primaire et les approfondir. 
  • Aborder de nouveaux savoirs en histoire, géographie, littérature, sciences naturelles, technologies, langues étrangères.
  • A la fin du cycle, tous les élèves passeront une évaluation des connaissances avec récapitulation des contrôle continus des connaissances réalisés chaque année.
  • Selon les résultats, l’accès au lycée d'enseignement général est possible, ou bien l’accès à une formation par apprentissage.
  • Le jeune qui quitte le college et n’entre pas au lycée est pris en charge par un service spécifique qui vise à s’assurer de son accès direct à l’emploi par un travail d'accompagnement.
  • Les employeurs qui emploient ces jeunes bénéficient d’aides à condition de former les jeunes en question afin qu’ils puissent progresser dans leur emploi. 
  • La possibilité de faire une nouvelle évaluation des connaissances en vue de suivre l’enseignement du lycée reste toujours ouverte.
  •  
    Les difficultés qu’on va (peut-être) rencontrer

     

  • Pour les enseignants, le changement est important, il y aura un temps d’adaptation et de formation. 
  •  

    On y fera face comment ?

     

  • Les enseignants devront être associés à la démarches, mais aussi, les nouveaux intervenants dans le champ pédagogique.
  • Un travail de collaboration entre l’équipe pédagogique (enseignants et collaborateurs bénévoles) et les élèves et les parents devra être mis en oeuvre pour que chacun soit impliqué dans le projet.    

  •  

     




    Créé avec Créer un site
    Créer un site